Cancers et thérapies orales : des applis pour aider les patients

Maya Gutierrez, Hôpital René Huguenin, Institut Curie, Saint-Cloud, indique que les thérapies orales apportent un bénéfice en termes de réduction des effets secondaires même si ceux-ci peuvent durer plus longtemps.

Maya Gutierrez, Hôpital René Huguenin, Institut Curie, Saint-Cloud, indique, lors d’un entretien réalisé lors des Rencontres de la Cancérologie Française (RCFR), à Paris, les 13 et 14 décembre 2016, que les thérapies orales apportent un bénéfice en termes de réduction des effets secondaires même si ceux-ci peuvent durer plus longtemps.

Les traitements anti-tumoraux d’administration orale ont des effets secondaires moins intenses que  ceux des traitements traditionnels mais ils durent plus longtemps. En effet, avec une chimiothérapie en intraveineuse, la patiente souffrant d’un cancer du sein avait 3 à 4 jours de nausées et vomissements qui s’estompent ensuite dans 50% à 70% des cas. Le constat est similaire pour la baisse des globules blancs et donc l’augmentation des risques d’infection. Avec les traitements oraux quotidiens, le risque de toxicité très sévère est moindre mais avec l’allongement du traitement, le risque de toxicité cumulatif est plus important.

Un télé-suivi assuré pour les patients grâce aux applis
Lors de la mise sur le marché de ces traitements anti-tumoraux d’administration orale, nous avons constaté que les patients n’osaient pas contacter les professionnels de santé de peur de les déranger ou de leur signaler que le traitement les rendait trop malades et qu’ils souhaitaient une adaptation. Les nouvelles technologies offrent un télé-suivi aux patients qui peuvent se prendre en charge de manière autonome. Au moindre problème, le professionnel de santé est immédiatement prévenu et peut prendre contact avec le patient pour le conseiller, voire lui proposer une consultation pour régler le problème avant qu’il ne s’aggrave. 

RCFr, en savoir plus www.rcfr.eu

http://curie.fr/