Cancérologie : refondre l’organisation des soins sur le territoire

La France est à un tournant en termes de prise en charge de santé et d’organisation des soins sur le territoire, notamment avec les Groupements Hospitaliers de Territoire (GHT).

Pour Jean-Marie Januel, EHESP, Université de la Sorbonne, Paris Cité, la France est à un tournant en termes de prise en charge de santé et d’organisation des soins sur le territoire, notamment avec les Groupements Hospitaliers de Territoire (GHT). Cet entretien s’est déroulé lors des Rencontres de la Cancérologie Française (RCFr) 2016. 

La sécurité thérapeutique en cancérologie
Dans la prise en charge du cancer, tout au long du parcours de soins de l'hôpital, lors des retours à domicile, la question est de savoir gérer et prévenir les risques liés aux thérapeutiques. Il faut pour cela tenir compte de la part potentiellement évitable et de la part inévitable, en termes de prévention secondaire (détection très rapide) et prévention tertiaire, à savoir la prise en charge appropriée des complications inévitables. Dans les cas potentiellement évitables, liés à des problèmes d’organisation, de management des ressources humaines, d’erreurs volontaires ou involontaires au niveau individuel, il faudrait mettre en place des systèmes prédictifs de ces erreurs pour pouvoir les prévenir avant qu’elles ne surviennent.

Une refonte du modèle organisationnel des hôpitaux autour du patient 
Nous sommes à un tournant en termes de prise en charge de la santé, d’organisation des soins, avec la loi des Groupements Hospitaliers de Territoire (GHT) qui n’a pas juste vocation à  fédérer quelques hôpitaux au niveau d’un même territoire, mais à intégrer les soins primaires, à savoir les médecins généralistes, les infirmiers libéraux, les centres de soins à domicile, les kinésithérapeutes et les sages-femmes qui peuvent officier à domicile. Nous sommes dans une refonte des modèles de management, d’organisation fonctionnelle et de ressources humaines avec tous les objectifs, défis et perspectives en termes de sécurité des patients. Le but est de prendre en compte le risque par rapport au bénéfice que les nouvelles thérapeutiques apportent, par exemple, au niveau du territoire mais aussi en termes de réduction des hospitalisations. En effet, les soins ont tendance aujourd’hui à s’externaliser par rapport à l'hôpital avec des chimiothérapies orales, des retours à domicile de plus en plus fréquents, et l'hôpital deviendra peut-être, à terme, le centre de décision et de coordination, mais ne sera plus un centre de soins comme aujourd’hui.

Vers une réforme du système de santé
Il est important de repenser totalement l’organisation, qu’elle soit structurelle ou fonctionnelle avec des liens entre les professions, tout comme le rôle du patient et de sa famille. Les systèmes de santé doivent y faire face maintenant pour les dix, vingt prochaines années.

RCFr, en savoir plus www.rcfr.eu

http://www.ehesp.fr/