Innovation incrémentale en cancérologie : une négociation entre etat et industriels du médicament indispensable

Les acteurs industriels doivent faire un effort pour rendre possible le financement de l'innovation en cancérologie.

Pour Giovanna Marsico, directeur de l’association Cancer Contribution, l’innovation incrémentale est cruciale en cancérologie et contribue à améliorer la qualité de vie des patients. Pour le coût de cette innovation, l’Etat et les industriels du médicament doivent se mettre d’accord. Cet entretien a été réalisé lors des Rencontres de la Cancérologie Française (RCFR), à Pars, le 15 et 16 décembre 2015.

Giovanna Marsico - Directeur de l’association Cancer Contribution

Une innovation sur le long terme
Contrairement aux innovations caractéristiques du passé qui connaissaient des ruptures, des changements extraordinaires, l’innovation incrémentale est une innovation qui se génère couche après couche. En d’autres termes, il s’agit d’une amélioration des traitements au-delà de leurs usages qui se comptabilise lentement dans le temps mais qui inexorablement tend vers une meilleure qualité de vie de la personne malade.

Un effort des industriels à fournir
L’Etat doit intervenir dans l’amélioration des thérapies dont les petites améliorations permettent par la suite d’arriver à de grands résultats. Bien évidemment, les acteurs industriels doivent faire un effort pour rendre possible ce financement. Si aucun point de négociation n’est trouvé, nous irons vers une rupture et il n’y aura pas d’espace pour financer ni les innovations incrémentales, ni les innovations de rupture.

En savoir plus sur www.rcfr.eu
En savoir + sur Cancer Contribution, cliquer-ici